dossier d'actualité
renouvellement des canalisations d'eaux usees de port maria

Renouvellement des canalisations d'eaux usées de Port Maria

Vertical Tabs

Plus de 2 kilomètres à remplacer

Plus de 2 kilomètres à remplacer

Plus de 2 kilomètres de canalisation à remplacer

L’étude diagnostic sur les réseaux d’assainissement collectif a mis en évidence des écoulements d’eaux usées dans l’environnement, dans le secteur de Port Maria à Quiberon. C’est pourquoi Auray Quiberon Terre Atlantique renouvelle plus de 2 kilomètres de canalisations vétustes et réhabilite le poste de refoulement, achevant ainsi la sécurisation de l’ouvrage.

Pourquoi remplacer ces réseaux d’eaux usées ?

« Nous intervenons avant que les canalisations ne soient trop anciennes, ne se détériorent et se fissurent. Notre action est indispensable et permet d’éviter que les eaux sales de nos éviers, de nos douches et de nos toilettes ne s’écoulent dans la nature sans être traitées. Cela permet de préserver les milieux naturels, les écosystèmes de nos rivières, la qualité de nos eaux de baignade et, par conséquent, des activités économiques aussi importantes que la conchyliculture et le tourisme. C’est un enjeu à la fois économique, sanitaire et environnementale, et une des priorités d’Auray Quiberon Terre Atlantique » rappelle Roland Gastine, Vice-Président à l’Assainissement Collectif et à l’Eau Potable.

Planning travaux

Planning travaux

Quand les travaux seront-ils effectués ?

Le chantier débutera le 1er février et devrait être finalisé mi-avril. Durant toute la durée des travaux, la route restera ouverte et la circulation sera maintenue de manière alternée. Une information spécifique sera adressée dans les prochains jours à l’ensemble des commerçants du quartier.

Financement

Financement

Comment est financée la modernisation du réseau ?

Ces travaux, d’un montant de 745 860 euros sont financés par la Communauté de Communes Auray Quiberon Terre Atlantique à hauteur de 311 860 euros et subventionnés à hauteur de 344 000 euros par l’Agence de l’Eau Loire Bretagne et de 90 000 euros par le Conseil Départemental.